Faites un don sécuritaire par carte de crédit via PayPal.

 

Travailler ensemble : un bon début

 

« Cessez de vous disputer et collaborez ! », voilà le principal message que nous avons entendu des Canadiens au cours de nos échanges dans les médias sociaux. En effet, il est devenu nécessaire pour les Libéraux, les Néo-démocrates et les Verts de se rapprocher afin d'assurer la défaite de Stephen Harper en 2015. Ce besoin est plus évident aujourd'hui, en constatant comment les Conservateurs ont profité de leur majorité parlementaire pour mettre en œuvre, unilatéralement, leur programme de droite.

 

Après que Stephen Harper ait unifié la droite, en 2003, par la fusion de l'Alliance canadienne et du Parti progressiste conservateur, lui et le nouveau Parti conservateur ont obtenu deux gouvernements minoritaires en 2006 et 2008. De nombreux Canadiens ont commencé à comprendre, qu’à moins que les partis du centre-gauche (le Parti libéral, le NPD et le Parti vert) ne coopèrent d’une certaine façon, Stephen Harper restera premier ministre très longtemps.

 

La fausse majorité de Harper

 

Mais c’est après l'élection fédérale de 2011 que les Canadiens ont constaté le saisissant résultat de la division du centre-gauche, alors que Stephen Harper et ses Conservateurs ont remporté un gouvernement majoritaire avec seulement 39,6% du vote populaire. Les électeurs ont voté pour le candidat de leur parti préféré, cela va de soit, mais en même temps, une majorité de 60% a voté contre Harper et son agenda de droite.

 

Plusieurs groupes de défense des citoyens ont surgi (surtout au Canada anglais), afin de promouvoir la coopération entre les partis du centre-gauche lors des élections suivantes, grâce à des mesures telles que le vote stratégique, ou la sélection d’un seul candidat (libéral ou du NPD) dans chaque circonscription. Le soutien à ces groupes continue de croître.

 

Bien que le Mouvement Libdemo milite pour l'unification du Parti libéral, du NPD et du Parti vert, nous sommes réalistes et nous comprenons que cela ne va pas se produire avant l'élection de 2015 - au moins toute fusion impliquant le Parti libéral. Alors que le chef du NPD, Thomas Mulcair, et la chef du Parti vert, Elizabeth May, ont indiqué leur ouverture à une forme de coopération entre les partis, le chef libéral Justin Trudeau a catégoriquement rejeté le concept.

 

L’unification NDP - Vert

 

Même sans les Libéraux, cependant, nous pensons toujours que l’unification du NPD avec le Parti vert devrait être envisagée. Ces deux partis se sont fermement engagés pour des objectifs environnementaux; ils croient que ceux-ci devraient avoir préséance sur les intérêts commerciaux (contrairement aux Libéraux qui, par exemple, appuient la construction de l'oléoduc Keystone). Compte tenu des résultats précaires du Parti vert dans les sondages, celui-ci pourrait, en s’associant avec le NPD, continuer à faire avancer ses idées sur la protection de l'environnement, mais dans le cadre d'un grand parti avec plus d'influence au Parlement, tout en stimulant un engagement environnemental plus fort parmi les caucus de tous les partis fédéraux.

 

Coopération électorale

 

Nous sommes d'accord avec certains groupes de citoyens à l’effet que le meilleur moyen d'assurer la défaite de Stephen Harper en 2015 est, pour les trois partis, de poursuivre une sorte de coopération électorale. Beaucoup d'idées et de plans ont été proposés sur la façon dont cela pourrait se produire, par exemple par des élections primaires entre les partis dans les circonscriptions, où un seul candidat gagnant pourrait, ensuite, facilement vaincre le candidat conservateur. Cependant, bien que nous soutenons la coopération électorale pour 2015, l'objectif de Mouvement Libdemo demeure l'unification progressiste. Ainsi, nous n’avons pas de propositions spécifiques ou uniques sur la façon dont la coopération électorale (pour 2015) pourrait fonctionner entre les trois partis.

 

Nous admettons que de ne présenter qu’un seul candidat par circonscription est une bonne idée, en principe, mais nous craignons qu'une telle avenue soit trop difficile à mettre en place, pour les chefs de parti et les associations locales, car pour chaque circonscription, deux des trois partis devraient renoncer à leurs propres candidats. Cela pourrait aussi causer du mécontentement chez certains électeurs, lesquels verraient leurs choix réduits.

 

2015 et au-delà

 

Nous sommes aussi préoccupés par une coopération électorale visant principalement à défaire le gouvernement conservateur, afin d'adopter une réforme électorale vers un système de représentation proportionnelle. Cela est motivé sans grande considération sur ce qui se passerait après l'élection, en termes de politiques et de gouvernance.

 

La coopération entre les trois partis ne devrait pas être envisagée que pour une seule élection, après laquelle les politiciens reviendraient à leurs querelles partisanes et l'entêtement idéologique. Le Parlement a besoin d’un engagement fondamental sincère, pour repenser la façon de gouverner, de manière efficace et pragmatique. Le Mouvement Libdemo estime que la coopération postélectorale entre les partis à la Chambre des communes est nécessaire, pour s’attaquer aux problèmes les plus urgents auxquels nous sommes confrontés - et réparer les dégâts causé par monsieur Harper.

 

Entamer la coopération entre les partis, une fois au pouvoir, démontrerait aux Canadiens - et aux trois parties - qu'ils peuvent travailler ensemble en dépit de leurs différences et des différends antérieurs. Les trois partis pourraient s’entendre sur des questions importantes qui sont les mieux adaptées à une approche collaborative et coopérative, post-partisane. Nous avons besoin de politiques efficaces, pragmatiques et progressistes qui répondent aux réalités du XXIe siècle, tels que les changements climatiques et les inégalités sociales, pas de politiques fondées principalement sur l'idéologie, comme celles de Stephen Harper et ses Conservateurs.

 

De plus, un nouvel esprit de coopération mettrait un terme à la dynamique souvent constatée dans des gouvernements de coalition, alors que les partenaires «juniors» arrachent des concessions difficiles au partenaire «sénior», en échange de leur soutien au Parlement. Ce genre de situation conduit à des tensions entre les partis qui mettent en péril la force et la viabilité du gouvernement.

 

Vers l'unification

 

Nous croyons qu’une coopération réussie entre les partis politiques serait la première étape vers l'unification éventuelle du centre-gauche. Lorsque les partis se rendront compte que l'idéologie et la partisannerie entravent le progrès, l'efficacité de leur nouvelle coopération fera de l'unification la meilleure avenue pour continuer à avancer.

 

C’est comme un couple vivant ensemble avant de se marier, afin de tester leur compatibilité et s’habituer à cohabiter, à corriger leurs problèmes, avant leur mariage. Nous pensons que les partis peuvent faire de même - bien que leur «mariage» soit entre trois partenaires !

 

Nous sommes confiants que les trois partis peuvent s’entendre, surtout s’ils mettent les intérêts du Canada et des Canadiens au-dessus de la partisannerie. Le Mouvement Libdemo plaide pour la coopération entre les partis, parce que nous croyons que cela mettrait le Parti libéral, le NPD et le Parti vert sur une route prometteuse et excitante. Leur unification éventuelle assurerait des gouvernements majoritaires progressistes et stables, pour mener le Canada vers l'avant, plutôt que le contraire.

 

Mouvement Libdemo, février 2014